liste des connectés   Lancer une recherche   S'inscrire  S'identifier   Répondre à cette discussion  Créer un nouveau message

Votre première impression?




Attention si vous cliquez sur "voir les résultats" vous ne pourrez plus voter

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer  
 Page :
1  10  11  12  13  14  15  16
Page Suivante
Page Précédente
Auteur
 Sujet :

Lectures par épisodes, ça vous tente?

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
n°11603
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 02/08/2008 à 16:58:31  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Reprise du message précédent :
Quelqu'un sait ce qu'il est arrivé à Sana?
Message cité 1 fois
(Publicité)
n°11635
LOuLOuEttE
Ma devise est secrete xD
Profil : Môme de bronze
loulouette
  1. Posté le 08/08/2008 à 13:09:58  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Si tu ne forçes personne à acheter ton livre , pourquoi mets-tu le lien ?
Encore ! Et encore de la publicité et cette fois-ci à but lucratif.


empereur-paco a écrit :

Après une très looongue absence, je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour :D. Non, pas tant que ça, mais presque ^^'. Déjà, le livre est (enfin) en vente ici: http://www.publibook.com/bouti [...] -1-PB.html Je ne force personne hein :O!
Deusio, j'ai décidé de lever l'embargo sur les nouveaux épisodes du tome 2 =). Alors, les gens qui ont lu les premiers, oubliez tout et formatez jusqu'au dernier épisode du tome 1. On recommence du départ, je crois en beaucoup mieux. Chaque épisode est plus étoffé (je parle du premier), la lecture doit être plus agréable (je l'espère) et pis... bah l'atmosphère est beaucoup mieux palpable, ça fait moins éloigné, en gros, j'espère que vous serez plus dedans. Je n'en dis pas plus, je vous laisse découvrir le tout premier épisode 1 du Tome 2... Bonne lecture ;).


Épisode 1


 Les tubes à essaies bouillonnaient d’un liquide rougeâtre, sur les commodes. Des feuilles volantes jonchaient les bureaux gris. Les dossiers étaient marqués du globe terrestre, le signe de Terrae. La pièce était sombre. Aucune fenêtre ne décorait les murs, fraichement repeints. L’accident, six mois plus tôt, avait été dissimulé aux regards des scientifiques. Le gouvernement ne voulait pas qu’on se souvienne de cet échec. Les médias, pour une fois, se taisaient. Une banderole pendait au-dessus de la porte. Elle glorifiait Mirelly. Elle amenait la haine sur l’Empire. C’était une sorte de prière. La République se détachait de ses assaillants, elle sortait de sa dépendance. Les marchés avaient été rompus. Les fleurs ne partaient plus de ce monde. Les conduites de Promotus avaient été saccagées. Une autre huile avait été adoptée, beaucoup moins efficace. Sur Terrae, le mot « Polégardie » était banni, tout comme « agent ». Désormais, on parlait de « l’autre monde » et de « barbare ».
 Le laboratoire s’éclaira. Après vérification digitale, la porte blindée s’ouvrit. Le professeur Arold, promu depuis quelques mois au rang de la direction du département génétique de l’OMRIPT, jeta un nouveau dossier sur la pile d’anciens. Une barbe grise garnissait son menton. Son regard exténué défila sur les pipettes vides. Son moral était au plus bas. Deux autres hommes en blouses blanches entrèrent à leur tour.
« Toujours plus de résultats, soupira Arold.
-Le cobaye ne tiendra pas le coup monsieur, intervint l’un des deux hommes
-C’est le cadet de mes soucis, docteur Lincoln, répliqua le professeur. Je pense plutôt à la colère du Président Suprême. Il ne nous donne plus beaucoup de temps.
-Il devrait savoir que ce genre de recherche prend plusieurs années…
-Il ne nous laisse plus que trois mois, rit amèrement Arold. Dépassé ce délais, il nous vire, et je ne donne pas cher de nos vies. De telles expériences demandent la plus grande discrétion.
-Mettons-nous au travail tout de suite alors, professeur, interrompit l’autre scientifique, en retrait. Nous devons procéder à un nouveau test.
-Oui je sais, souffla Arold. L’OMRIPT est pressée. Barbossa est un militaire, pas un scientifique. Il applique les ordres, pas la logique. Il n’hésitera pas à obéir au Président… »
Le vieil homme gratta son crâne dégarni. Il se pencha et ouvrit un tiroir de son bureau. Il saisit une seringue. Il se tourna vers un ballon de liquide écarlate. Il plongea la seringue, et la retira, chargée. Il la fourra ensuite dans sa poche. Les deux autres médecins l’attendaient. Lincoln secouait la tête. Jamais il ne se serait imaginé se retrouver dans une telle situation. Il demeurait coincé, jusqu’à la fin des recherches. Ses propres collègues le croyaient disparu. Soudain, une puce grésilla sur le sous-main du professeur Arold. Lincoln l’attrapa et la colla dans son oreille. Il décrocha en rentrant mentalement les codes d’accès. Il patienta quelques secondes. La voix s’écoula dans son cerveau. Finalement, il raccrocha vivement. Les deux autres lui jetèrent un regard interrogateur.
« Barbossa veut assister au test. Il va débarquer dans cinq ou dix minutes.
-Il ne manquait plus que ça, marmonna Arold en refermant le récipient.
-Au moins, il verra par lui-même, glissa le troisième
-C’est bien ce qui me fait peur, lâcha Lincoln, songeur. »
Les trois hommes soupirèrent. Lincoln tendit la puce au professeur. Celui-ci la saisit et la lança sur un fauteuil usé. La puce était un excellent moyen d’être suivi par le gouvernement. Il s’ébouriffa quelques minutes ses cheveux blancs afin de s’accorder de la réflexion nécessaire sur ce qu’il allait réaliser. Finalement, il éteignit les lumières et sortit. Les deux autres lui emboitèrent le pas. Ils marchaient à leur perte, ils le savaient, mais s’ils attendaient, elle viendrait vers eux d’elle-même.

 Lincoln dévala les marches en colimaçon qui menait encore un peu plus profondément dans les sous-sols de l’OMRIPT. Deux officiers gardaient une porte électrique, en bas. Ils le saluèrent, mais ne lui ouvrirent pas immédiatement. L’un d’entre eux s’approcha et procéda à une fouille au corps. L’autre vérifia les codes cryptés de la carte magnétique que leur avait tendue le docteur. Il la lui rendit. Le second garde hocha de la tête et le premier désactiva le courant dans la porte. Lincoln les remercia, par un sourire forcé, et il poussa lui-même le battant métallique. Il avait toujours peur qu’un disfonctionnement ne l’électrocute à cet instant. La sécurité n’était pas l’intérêt de ce centre génétique. La porte se ferma dans son dos, en résonnant entre les voutes du local à cellules. Jadis, une seule était utilisée, celle de l’agent emprisonné lorsque le Président Suprême n’était que le simple directeur de l’OMRIPT. A présent, une seule était vide. Les dix-neuf autres contenaient des malades incurables, des blessés lors de la catastrophe en section européenne Nord, six mois auparavant, ou des opposants à la grandiose République Terrae. Des gémissements lui parvinrent. Des sanglots roulaient sur les murs. La gorge du docteur se noua. Brusquement, un détenu frappa sa cloison et hurla de rage. Lincoln sursauta et s’écarta vivement. Il posa une main sur son cœur qui tambourinait dans sa poitrine. Au fond, le geôlier, assis sur une chaise, une tasse de café à la main, ricana.
« Faut pas bondir comme ça, docteur ! Il a une p’tite crise, mais ça lui pass’ra, j’en doute pas. Ils font toujours ça.
-Je sais, j’ai été surpris, haleta le scientifique, encore sous le choc. Je viens chercher le 13. Faites-vite.
-Bien, docteur, obéit le geôlier, docile.
-Veillez aussi à ce qu’il ne soit pas trop excité. Aujourd’hui, le patron descend. Nous nous protégeons de tout risque d’incident… »
Le geôlier releva un sourcil. Il se passa la main sur son menton mal rasé et rota. Il réajusta son uniforme gris, la couleur de l’OMRIPT, et tira sur un bouton doré décousu.
« Barbossa nous rend une petite visite ?
-Oui. Il va faire un rapport. Alors dépêchez-vous !, pressa Lincoln, impatient. »
Le geôlier hocha la tête de haut en bas. Il fouilla dans l’une de ses poches et brandit une carte magnétique. Il se dirigea vers la cellule numéro 13 et l’inséra dans une fente, sous le clavier tactile. Il composa son code secret et le cachot se déverrouilla. Lincoln examina sa montre. Barbossa devait être arrivé à cette heure-ci.
« Allez debout toi ! Tu fais que dormir, vociféra le geôlier. Allez plus vite que ça ! Debout j’ai dit ! Remue-toi sale merde !
-C’est bon je m’en occupe, l’interrompit le docteur.
-Comme vous voudrez, doc’ !, approuva le geôlier. Mais faites gaffe, ils sont pas commodes vos cobayes en ce moment. »
L’officier inclina la tête et botta d’un coup de pied le corps meurtri, roulé au sol. Lincoln le remercia pour son aide puis il se pencha sur le prisonnier. Il le secoua doucement, sans aucune réaction. Il renouvela, mais le cobaye ne bougea pas. Lincoln s’inquiéta. S’il était mort, Arold et son équipe pouvaient plier bagages. Le docteur chercha son stéthoscope autour de son cou. Il mit un genou à terre et retourna le détenu. Il avait le visage livide, les paupières closes et de la bave coulait sur le coin de ses lèvres. Il n’était recouvert que d’une légère tunique en tissu très fin. Et la cellule était glacée. Lincoln l’ausculta et posa deux doigts sur le cou. Il ne perçut aucun rythme cardiaque. Alarmé, il ajusta son stéthoscope sur ses oreilles et dégrafa la tunique. La poitrine était pourtant encore assez chaude. Il se pencha encore un peu plus et écouta. Brusquement, le prisonnier lui souleva la tête, l’obligeant à dévoiler son cou. Il le lui empoigna sauvagement. Tombant à la renverse, Lincoln se débattit en frappant de ses jambes. Il lui manquait de l’air. Sa langue pendait. Un gout amer se répandit dans sa bouche. Il ne pouvait plus déglutir. Il se sentit tout à coup partir. Un brouillard épais stagnait devant ses yeux. Soudain, il fut tiré par une puissante poigne et ses poumons se remplir d’oxygène. Toussant, Lincoln se releva. La tête lui tournait. Il s’appuya contre le mur et se palpa la gorge.
« J’vous avais prévenu, doc’, gronda le geôlier. On peut pas leur faire confiance. Si j’avais pas été là…
-Merci bien, souffla Lincoln, livide. Bon, il faut que je l’emmène…
-Allez-y, doc’. J’lui ai collé une ration d’anesthésiants, expliqua l’officier. J’crois qu’il va être KO pendant un p’tit moment. Remarquez, c’est bien c’que vous vouliez non ?
-Oui. Bon. Encore merci. Je vais faire attention cette fois-ci. »
Lincoln souleva le corps du prisonnier. Il était relativement léger. L’OMRIPT ne faisait pas d’énormes frais de nourritures. Il referma sa tunique. Le détenu marmonna quelques jurons, inaudibles. Remerciant une dernière fois le geôlier, le docteur traina le corps du détenu. Il s’efforça d’ignorer les insultes des autres cobayes, réveillés par l’incident. Et il grimpa, chancelant, les escaliers remontant au laboratoire.

 Barbossa sirotait une tisane, assis sur une chaise à roulettes de la salle à expériences. Les plus civilisés l’appelaient la salle de tortures. Quatre officiers de l’OMRIPT montaient la garde. Le professeur Arold jetait à plusieurs reprises un regard sur sa montre. Puis, il examinait le colonel et lui souriait vaguement en répétant :
« Ne vous inquiétez pas, il va arriver. Ce n’est plus qu’une question de minutes… »
Barbossa acquiesçait. Mais les scientifiques lisaient l’agacement sur son visage. En attendant, ils avaient préparé la chaise du cobaye. La table des ingrédients avait été avancée. Tout était prêt. Lorsqu’Arold se pencha vers son collègue pour lui suggérer d’aller à la rencontre de Lincoln, celui-ci ouvrit la porte en grand. Il portait le cobaye, comateux, et il suait abondamment. Arold le pressa à l’installer sur la chaise. Multipliant les gestes rapides, ils l’harnachèrent, des pieds à la tête et ils déchirèrent sa tunique. Le détenu était à présent nu, au milieu du laboratoire. Lincoln ne put réprimer une grimace en voyant la maigreur du torse. Le cobaye avait été rasé. Seul son crâne où se bataillaient quelques cheveux orangés prouvait ses origines rousses. Barbossa se leva. Il avait l’air d’apprécier cette séance. Arold se revigora.
« Monsieur, nous allons maintenant procéder à la première inoculation. Je vous conseille de reculer un peu si vous…
-Ne perdez pas votre temps avec moi, le coupa le colonel, les yeux avides d’impatience. Continuez ! Faites comme si je n’étais pas là. »
Arold se rétracta et approuva. Il se dirigea vers la table et mélangea le contenu de deux petites bouteilles. Il remplit une première seringue et s’approcha du cobaye. Il lança un regard sur ses deux collègues et hocha la tête. Aussitôt, ils maintinrent le détenu pendant que le professeur planta l’aiguille dans le bras tendu sur un accoudoir de la chaise. Le cobaye hurla brutalement, faisant sursauter les officiers en faction. Il se débattit. Les lanières de cuir rentraient dans sa peau. Barbossa s’écarta, légèrement effrayé. Puis, le prisonnier s’essouffla et il baissa mollement la tête. Les deux scientifiques lâchèrent leur étreinte et reculèrent précautionneusement de quelques pas.
« Aucun résultat, trancha le professeur.
-C’est ce que nous allons voir, fulmina Barbossa »
Il s’approcha du détenu et brandit une canne cuivrée. Il le frappa. Le prisonnier gémit et se convulsa, mais rien ne se produisit. Barbossa retenta. Le métal claqua contre les cuisses nues. Néanmoins, le détenu se contenta de blêmir et de retomber dans son état aphasique. Le colonel se tourna alors vers le professeur et vociféra :
« Il ne se défend même pas ! Votre produit est minable, professeur.
-Nous n’en sommes qu’au début, monsieur, s’excusa Arold
-Ah bon ?, releva le directeur de l’OMRIPT. Je croyais que le Président Suprême ne vous laissait plus que quelques mois. Grouillez-vous Arold, ce n’est juste qu’un conseil.
-Bien, monsieur, répondit le professeur tétanisé.
-Procédez à un nouveau test ! J’ai entendu parler de celui à base du sang de l’enfant…
-Je suis désolé, monsieur, mais nous n’avons pas terminé les analyses. Il n’est qu’en état de prototype. Ce pourrait être mauvais pour le cobaye de…
-S’il meurt, je vous en trouverais un autre, rétorqua le colonel courroucé. Allez-y, montrez-moi ! »
Le professeur lança un regard paniqué à ses assistants. Il mit la main dans la poche de sa blouse et murmura, d’une voix faible :
« Je crois qu’il n’est pas encore prêt, monsieur. Je ne l’ai pas emmené avec moi…
-Fouillez pourtant votre poche gauche, professeur, répliqua Barbossa d’un ton las. Eh oui, rien ne m’échappe dans mon organisation, rajouta t-il lorsqu’Arold sortit, résigné, la seringue de liquide écarlate. »
Le colonel indiqua, d’un signe de la tête, de procéder à l’inoculation. Arold s’exécuta, à contrecœur. Lincoln et son collègue agrippèrent le détenu et le plaquèrent contre le dossier. Il gisait sans défense, nu, presque inconscient. Lincoln détestait sa besogne. Il était contraint. L’OMRIPT était capable de tout. Le professeur dégagea la poitrine du cobaye, l’humidifiant d’alcool. Il aurait préféré réaliser ce test, seul. Avec Barbossa, il avait un boulet au pied et dans son cerveau. Le stress le paralysait entièrement. Il se pencha à l’oreille de sa pauvre victime et lui chuchota :
« Allez, Dèvid, juste encore un petit effort. Juste un. Après, c’est fini. »
Le détenu trembla mais il ne bougea pas. Inspirant profondément, le scientifique planta d’un mouvement brusque la seringue dans le cœur du cobaye. Il se retira immédiatement. Aux premiers abords, Dèvid ne s’agita pas plus que la première fois. Puis, peu à peu, une sorte d’aura sembla se former autour de sa tête baissée. Barbossa recula. L’accident de l’an passé hantait encore ses nuits. L’éclat diminua peu à peu, s’évaporant dans le laboratoire. Le directeur claqua des doigts et ordonna à l’un de ses officiers d’exciter le détenu. Le soldat devint pâle et frémit.
« Qu’attendez-vous, sergent ?, invectiva le colonel. »
L’officier hoqueta et il s’avança. Il avait le tournis. Comme il aurait aimé avoir été absent à l’appel, le matin ! Il saisit la canne que son supérieur lui tendit et il piqua mollement le cobaye. Celui-ci tressaillit mais ne s’agita pas. Soulagé, l’officier recula de quelques pas lorsque Barbossa l’interrompit.
« C’est quoi ce coup de mauviette, sergent ? Faites-moi le plaisir de recommencer, en mieux. Exécution ! »
Le soldat acquiesça, paniqué. Il marcha alors lentement vers le corps nu, replié. Il arma son bras. Durant le laps de temps qui lui était accordé avant de frapper, il pria. Il demanda de l’aide à tous les saints, à tous les anges et à tous les dieux. Puis, son coup partit, plus violemment. L’opposition riposta tout aussi rapidement. Un éclair de Lumière propulsa le militaire contre une vitrine de fioles chimiques. Il n’eut pas le temps de dire adieux aux membres, surpris, de la pièce que déjà il mourrait. Barbossa ne se préoccupa qu’à peine de son homme. Il ramassa sa canne et s’approcha du professeur. Il lui donna une tape dans le dos et sourit :
« Eh bien, professeur, je crois que le Président Suprême sera content. Continuez en ce sens, la République vous sera reconnaissante. Vous avez carte blanche. Prenez autant de cobayes que vous voudrez, mais conservez-moi celui-là. J’ai des projets pour lui…
-Bien, monsieur, remercia Arold »
Lincoln examinait le corps du soldat mort. Des bouts de verres s’étaient plantés dans sa nuque. Cette simple constatation avait été fatale. Barbossa contourna la chaise et ordonna aux trois autres officiers de le suivre. Il s’arrêta néanmoins et revint sur ses pas, se plantant devant Dèvid. Il émit un rictus et cracha sur le torse haletant du détenu.
« A nous deux, sale Lumière ! Montre-nous ta force pour que l’on reconnaisse tes faiblesses. »
Il claqua de la langue et redressa ses médailles sur sa poitrine. A présent, l’Empire n’était plus le seul gardien de la Lumière…


A suivre...


---------------
Apprends à écrire tes tristesses dans le sable et à graver  tes joies dans la pierre
n°11640
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 08/08/2008 à 15:18:20  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Euh lol, je ne force personne, mais je renseigne tout de même. Histoire de leur où il se trouve. Si tu étais là depuis le début, chère fouineuse inculte du net, tu saurais de quoi il en retourne. Je te conseille donc de lire avant les seize pages, de m'en faire un résumé. Après, tu pourras discuter...

n°11645
Profil supprimé
  1. Posté le 09/08/2008 à 18:17:03  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

empereur-paco a écrit :

Quelqu'un sait ce qu'il est arrivé à Sana?


Non, et en plus elle ne vient plus beaucoup sur MSN ='(

Message cité 1 fois
n°11650
lolli-pop-
Mettez ça dans la machine ! La machine ?? ...
Profil : Môme Hors Compétition
lolli-pop
  1. homepage
  2. Posté le 10/08/2008 à 12:46:09  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 



Ele a demandé la suppression de son compte :/


---------------
CLIIK   MUSIC !  F0wT0w Ce rêve bleu <3
n°11723
Himmel1
Profil : Môme Débutant
himmel1
  1. Posté le 19/08/2008 à 22:32:19  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ouf', ça m'a l'air interéssant, mais y'en a bcp trop... XD

n°11912
manon56256
Moi ? c'est moi.
Profil : Môme d'argent
manon56256
  1. homepage
  2. Posté le 22/09/2008 à 18:08:58  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Waou je trouve cette histoire mystérieuse et magique ! mais surtout tres mystérieuse ! BRAVO


---------------
L'amour est compliqué..
n°12395
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 05/12/2008 à 21:20:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Re-bijour Nicola.
Juste de passage un petit moment avant que Babeth tente (une nouvelle fois) de me foutre à la porte... Elle devrait pourtant savoir que j'ai les clefs =) (et que c'est donc tout à fait inutile ce qu'elle me fait.)

M'enfin, je réinvesti mon sanctuaire ;).
Message cité 1 fois
n°12396
sygmatik
SALE GROSSE
Profil : *Maxi Môme*
sygmatik
  1. Posté le 06/12/2008 à 06:53:15  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

empereur-paco a écrit :

Re-bijour Nicola.
Juste de passage un petit moment avant que Babeth tente (une nouvelle fois) de me foutre à la porte... Elle devrait pourtant savoir que j'ai les clefs =) (et que c'est donc tout à fait inutile ce qu'elle me fait.)

M'enfin, je réinvesti mon sanctuaire ;).


euh tu te relis des fois? T'as pas l'impression de péter plus haut que ton cyber séant ? t'es vraiment grave toi, tu as les clefs... bah voyons, arretes de te sentir si superieur, tu fais peine à voir, la meilleure chose que Babeth pourrait faire serais de bannir ton adresse IP et supprimer tes topics en particulier celui-ci

Message cité 2 fois

---------------
 
n°12397
zozo10
Profil : Môme de Diamant
zozo10
  1. Posté le 06/12/2008 à 10:15:41  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
ok pas très modeste le paco mais on peux reconnaitre que son histoire est pas mal ficellée


---------------
on ne voit bien qu'avec le coeur (st exupéry)UsersPublicPicturesSam​ple PicturesWinter Leaves.jpg
n°12398
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 06/12/2008 à 16:03:21  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

sygmatik a écrit :


euh tu te relis des fois? T'as pas l'impression de péter plus haut que ton cyber séant ? t'es vraiment grave toi, tu as les clefs... bah voyons, arretes de te sentir si superieur, tu fais peine à voir, la meilleure chose que Babeth pourrait faire serais de bannir ton adresse IP et supprimer tes topics en particulier celui-ci


Babeth ? Tu sais qui c'est?
Mais Babeth peut être virée aussi :).
Tu sais, les forums doctissimo sont contrôlés par autre chose qu'une simple Babeth ;).

zozo10, c'est que tu as lu?

Message cité 1 fois
n°12400
Babeth
Profil : *Maxi Môme*
babeth
  1. Posté le 06/12/2008 à 19:32:10  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

empereur-paco a écrit :


Babeth ? Tu sais qui c'est?
Mais Babeth peut être virée aussi :).


Oui!!!!!! mais encore!!!!!!! on dirait que tu me menaces lol:{}

n°12401
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 06/12/2008 à 19:40:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bah c'est clair que ce n'est pas moi qui le ferais.
Mais tu n'es pas rémunérée pour ce que tu fais.
Message cité 1 fois
n°12402
sygmatik
SALE GROSSE
Profil : *Maxi Môme*
sygmatik
  1. Posté le 06/12/2008 à 21:43:20  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Sans déconner, ya pas que Babeth dans l'univers =OOO ouch:{}

tin trop choquée, en tout cas pour l'instant elle est modo et des propos comme ça, si ça ne tenait qu'à moi je t'aurais déjà mis aux oubliettes


Babeth moi je te soutiendrais durant toute ma no-life :o
Je le jure!!

Nomého!

et justement si babeth fait ça bénévolement en plus (j''espère qu'elle est payée moi =o) bah elle a bien du courage, car pour lire les posts de petits merdeux dans ton genre faut vraiment etre l'incarnation du bien
Message cité 1 fois

---------------
 
n°12403
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 06/12/2008 à 22:08:57  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ou pas.
Il faut savoir qu'elle pique un boulot, certes elle fait du bénévolat, mais elle prive quelqu'un d'un salaire.

sygmatik a écrit :

Sans déconner, ya pas que Babeth dans l'univers =OOO ouch:{}



Et là, désolé, mais moi je peux te rétorquer la même phrase en changeant le Babeth par Pacô.

Bref, pour reprendre tes mots, si ça ne tenait qu'à moi, ça ferait longtemps que je réformerai ce site. Pas étonnant qu'il perde des étoiles dans les référencements du net  whistle:{}.

n°12404
sygmatik
SALE GROSSE
Profil : *Maxi Môme*
sygmatik
  1. Posté le 07/12/2008 à 00:45:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
mon dieu si le site était tenue par toi, ce serait la merde :)


et dis donc quel sens de la repartie, je vais bientôt m'étouffer de rire


elle pique un boulot! oh my gosh babeth t'es responsable du chomage en france! franchement je te le pardonnerais JAMAIS :o

mdr qu'est ce que tu peux en sortir des conneries :)


---------------
 
n°12405
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 07/12/2008 à 01:06:49  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bah écoute. Elle est cool ta vie! Avec toi, on arrivera pas à grand chose d'autre non?
Donc, chut.

Sinon, pour les autres, on peut recentrer le sujet?

n°12406
Profil supprimé
  1. Posté le 07/12/2008 à 07:57:36  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Pacô, il s'est passé un truc dans ta vie pour que tu deviennes péteux comme ça ? :(
Jtrouve ça dommage.

n°12407
Babeth
Profil : *Maxi Môme*
babeth
  1. Posté le 07/12/2008 à 09:47:05  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

empereur-paco a écrit :

Bah c'est clair que ce n'est pas moi qui le ferais.
Mais tu n'es pas rémunérée pour ce que tu fais.


Quand on ne sait pas on se tait :o

maintenant on peut reprendre le topic de empereur-paco dans le calme
Il s'agit ici de lectures par épisodes....
Et empereur-paco les mp existent si tu as un problème avec moi, en tout cas moi personnellement je n'ai pas de pb avec toi.

Message cité 1 fois
n°12410
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 07/12/2008 à 16:46:38  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Babeth a écrit :


Quand on ne sait pas on se tait :o


Tu fais partie de ceux qui le sont?  heink:{}

L0uL0u, si tu regardes bien la conversation, celle qui est venue me chercher ici, ce n'est pas Babeth, ce n'est pas toi, et je ne me suis pas vexé tout seul.

n°12411
Profil supprimé
  1. Posté le 07/12/2008 à 17:50:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai pas dit que tu t'étais vexé tout seul, j'ai juste dit que tu devenais péteux.

n°12413
Babeth
Profil : *Maxi Môme*
babeth
  1. Posté le 07/12/2008 à 20:57:06  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

empereur-paco a écrit :


Tu fais partie de ceux qui le sont?  heink:{}

quotemsg]
 tu es qui pour dire de telle chose????????

Ma propre remarque était pour ta phrase je te cite : "Mais tu n'es pas rémunérée pour ce que tu fais".

n°12414
Profil supprimé
  1. Posté le 07/12/2008 à 21:02:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Babeth, je compatis.
Il est vraiment loin le temps où Paco étais quelqu'un d'agréable.

n°12415
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 07/12/2008 à 22:44:00  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Lol, je le suis encore pour ceux qui ne me prennent pas le choux.
J'ai eu pas mal d'évènements successifs qui me font certes prendre les choses un peu moins bien du bon côté... mais peut être pas au point où vous le situez.

n°12416
sygmatik
SALE GROSSE
Profil : *Maxi Môme*
sygmatik
  1. Posté le 08/12/2008 à 03:49:52  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
c'est pas moi qu'à commencé :o


HAHA quel maturité :)


ps: en plus s'toi qu'à commencé en prems même que t'as dis que babeth ceci, babeth cela nananere


-___- oh gosh, il fut un temps où paco fut agréable? Je dois avoir la mémoire courte ou extrêmement sélective
Message cité 1 fois

---------------
 
n°12417
Babeth
Profil : *Maxi Môme*
babeth
  1. Posté le 08/12/2008 à 08:10:40  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
affaire classée et stérile.
les internautes reprennent le sujet du topic. Merci

n°12432
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 10/12/2008 à 14:57:48  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

sygmatik a écrit :


-___- oh gosh, il fut un temps où paco fut agréable? Je dois avoir la mémoire courte ou extrêmement sélective


Ou totalement trouée :).
Ou peut être de la même famille que le poisson rouge. Ou...

Lol, mais c'est qu'en plus, elle mentirait :

sygmatik a écrit :


euh tu te relis des fois? T'as pas l'impression de péter plus haut que ton cyber séant ? t'es vraiment grave toi, tu as les clefs... bah voyons, arretes de te sentir si superieur, tu fais peine à voir, la meilleure chose que Babeth pourrait faire serais de bannir ton adresse IP et supprimer tes topics en particulier celui-ci



Qui est venu me déloger là? M'enfin, comme tu dis, le monde pipi - caca est derrière nous, mais celui je mens alors que je me suis fais prendre la queue dans la bouche n'est-il pas aux environs de deux ou trois ans? Oui, c'est ça, l'âge con, tu sais, comme les mômes que tu dois garder aux States. Avec cette mentalité, tu dois te sentir à l'aise avec eux non?

Et Babeth, pas ma faute s'il m'attaque sur ce sujet. Tu as bien mal réagi quand je t'ai attaquée sur ton boulot... Je vois pas pourquoi j'échapperai à la règle.

n°12442
zozo10
Profil : Môme de Diamant
zozo10
  1. Posté le 11/12/2008 à 22:24:52  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
les disputes comme ça n'avance à rien :(


---------------
on ne voit bien qu'avec le coeur (st exupéry)UsersPublicPicturesSam​ple PicturesWinter Leaves.jpg
n°12445
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 12/12/2008 à 18:36:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Exact, tu as tout à fait raison :).
Pour en revenir au contexte, tu écris/lis? Beaucoup? Pas du tout?

Nous sommes tout de même dans la section lecture ^^'.

n°12447
zozo10
Profil : Môme de Diamant
zozo10
  1. Posté le 12/12/2008 à 20:22:51  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
moi je n'écris pas , mais oui je lis pas mal


---------------
on ne voit bien qu'avec le coeur (st exupéry)UsersPublicPicturesSam​ple PicturesWinter Leaves.jpg
n°12449
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 12/12/2008 à 20:56:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Et quoi comme genre de livres?

n°12451
sygmatik
SALE GROSSE
Profil : *Maxi Môme*
sygmatik
  1. Posté le 13/12/2008 à 01:16:31  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Burp :)

en plus t'es vraiment trop con comme type, si je t'ai posté ce message c'est en réponse à :
"Juste de passage un petit moment avant que Babeth tente (une nouvelle fois) de me foutre à la porte... Elle devrait pourtant savoir que j'ai les clefs =) (et que c'est donc tout à fait inutile ce qu'elle me fait.) "


à croire que tu comprends rien mon pauvre enfant, et franchement arrêtes de baver sur les US, c'est lourd sans déconner, tu me le sors à chaque post, tu le dis plus que moi mec :)
si tu veux je t'enverrais des photos de mon nouvel an sur times square =)
Message édité par sygmatik le 13/12/2008 à 01:23:55

---------------
 
n°12455
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 13/12/2008 à 11:17:56  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Oh bah je sais pas, il faudrait comparer le nombre de fois où je te l'ai dit par rapport au nombre de fois où tu me ressors mon bouquin tout pourri.

Mais descend de ton petit nuage. On m'offrirait le voyage aux USA, je ne refuserais pas (j'avoue), mais ce n'est pas du tout ma destination idéale. Bien au contraire.
Et personnellement, je n'envie pas ceux qui quittent familles et amis pour aller retrouver le pays du coca-cola (et toutes ses conséquences).

Et au risque de te déplaire, tu n'es pas la bienvenue ici. Si tu ne viens que pour critique, foutre ta merde et dérouter le sujet, tu entraves les règles de mômes :).

n°12574
empereur-p​aco
Touche le fond mais creuse encore
Profil : Môme Hors Compétition
empereur-paco
  1. homepage
  2. Posté le 25/12/2008 à 20:33:30  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Et voici une dernière (ancienne) nouveauté du livre:

vvl%20

Peut être que bientôt je posterais un chapitre pour ceux qui se souviennent que cette partie existe. Sinon RDV sur ImperialDream ;).

 Page :
1  10  11  12  13  14  15  16
Page Suivante
Page Précédente

Aller à :
 

Sujets relatifs
Quartiers Lectures : un rv littéraire sympa pour ce samedi 3 février Vos Lectures préféré(e)
Plus de sujets relatifs à : Lectures par épisodes, ça vous tente?

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Mon livre 2 , venez le lire xD 14 15/10/2007 à 16:17:52
Mon livre 1, venez le lire 6 04/10/2007 à 16:25:09
HELL-LOLITA PILLE 0 06/09/2007 à 13:21:52
j'ai besoin de vous pour choisir ! 25 12/06/2010 à 22:58:38
roman 3 03/09/2007 à 15:25:02